1150

Pièce Numéro 7
Anne Agdabou-Masson

Pièce unique, 2021
Grès blanc
8,5 x 70 cm

Venue du monde du théâtre, Anne Agbadou-Masson découvre le travail de la terre par besoin : celui avant tout de s’exprimer par elle-même et d’échapper à la dépendance du désir de l’autre. Née à Paris d’un père ivoirien et d’une mère française, ses sculptures sont le témoignage de son métissage. Elle choisit de travailler le grès, la porcelaine et la faïence, sous le nom de Anneagma, contraction de ses deux noms.
En 2019, l’artiste est invitée par la Maison Dior à réaliser vingt-cinq pièces uniques inspirées des couleurs de Marrakech. Cette collaboration inédite dévoile une série de vases qui évoquent des icônes féminines aux courbes gracieuses, ou de mystérieuses créatures marines.
« Je suis très heureuse de présenter ces nouvelles créations. Ma manière d’appréhender la céramique est instinctive. Je m’attaque à cette matière par besoin vital, celui d’être en harmonie avec moi-même. À la croisée de l’art et de l’artisanat, mon travail porte les traces du passé. Mes mains, porteuses de l’Histoire. Sans idées préconçues, je m’essaie à des pièces qui requièrent une certaine minutie : je cherche à aller aux limites de la terre. La contrainte est porteuse et me pousse dans mes retranchements. J’aime cette contradiction : rechercher la maîtrise et préserver l’essence de la matière organique m’amènent à être dans le ressenti. Je suis réellement habitée par la création et j’espère que je donne à voir des pièces singulières, à la fois puissantes et sensuelles. »

Anne Agbadou-Masson est née Paris.
Après des études d’Arts Plastiques et d’Histoire de l’Art, elle décide finalement de se tourner vers le théâtre.
Et c’est en 2016 que son besoin de s’exprimer par elle-même devient vital.
Elle choisit la terre comme moyen d’expression et se forme à la technique du tour auprès du sculpteur céramiste Gregoire Scalabre.
Le choc est immédiat. Travailler la terre est comme retrouver l’instinct oublié. Forte de cela, elle n’hésite pas à plonger dans une quête intime qui l’oblige à travailler un pont entre Occident et Afrique.
Ses sculptures sont repérées par Dior Maison qui lui propose une collaboration en 2019 de pièces uniques.
Elle est exposée à la Galerie Dominique Fiat en 2020.
Et vient de finir une commande pour le Studio Gild, un cabinet de décoration d’intérieur, basé à Los Angeles et Chicago.

Autres éditions